Mission‎ > ‎

Mettre l'accent sur le culte divin

METTRE L'ACCENT SUR LE CULTE DIVIN*


(Professeur Constantin Scouteris)

        Le Centre a comme fonction et tâche primordiales de pratiquer de façon exemplaire «la vie liturgique et, généralement, cultuelle de la très sainte Église orthodoxe». Dans l’orthodoxie, la divine liturgie, centrée sur la communion eucharistique, assoit et manifeste l’unité ecclésiale, tout en continuant le fondement de l’ethos orthodoxe. Dès lors, le saint Siège œcuménique a décrété que la mission du Centre aurait comme condition fondamentale et but majeur d’informer «le monde chrétien sur le culte divin orthodoxe». En l’occurence, la participation eucharistique des croyants, fondement de la vie cultuelle, définit l’axe de vie et l’évolution du parcours du Centre. En pratiquant donc de façon exemplaire la vie liturgique et cultuelle de l’Église, celui-ci donnerait, à ceux qui sont en dehors, un exemple et une image vivante du monde d’existence orthodoxe. Ce n’est pas un hasard si le Patriarcat donne la préférence à la divine liturgie, à la vie cultuelle en général. Tant la théologie orthodoxe que la piété de l’Orient sont ancrées dans le culte et la glorification de Dieu. Le fait d’associer l’étude à la prière incarne véritablement et accroît le savoir théologique qui, sans cela demeure une théorie incompréhensible, dépourvue de dynamique et d’effets bénéfiques sur l’existence humaine. Dans son ouvrage Le traité de l’Oraison, Évagre le Pontique considère justement ce rapport, lorsqu’il signale : «Si tu es théologien, tu prieras vraiment, et si tu pries vraiment, tu es théologien» (PG 79, 1180B).

        Il est indispensable que des prédications et des rencontres émaillent la vie cultuelle dans l’église, qu’elles soulignent le caractère ecclésial et spirituel du Centre. Elles sont destinées à promouvoir la conscience cultuelle communautaire des Orthodoxes, à informer, parallèlement, le monde chrétien sur le culte et la tradition orthodoxes. Le culte, centré sur la vie liturgique eucharistique, témoigne du caractère œcuménique, c’est-à-dire supranational de l’orthodoxie. C’est ce caractère supranational et supra culturel de la cité chrétienne qui est vécu dans l’assemblée eucharistique. Sans être sous-estimées ni abolies, les caractéristiques culturelles, ethniques et autres des peuples orthodoxes ne constituent certainement pas l’élément absolu, dominant et déterminant du culte. S’efforçant de souligner ce caractère, le Centre abrite trois communautés : grecque, francophone et roumaine. Dès lors, la pratique exemplaire de la vie liturgique dans le milieu cosmopolite de Genève constitue manifestement un devoir pastoral et un véritable témoignage de vécu et de la pensée orthodoxes.

    Nous savons que, dans la tradition de l’Église d’Orient, l’art sacré accentue particulièrement l’ambiance liturgique. L’iconographie et la musique constituent, avec l’architecture, des éléments fondamentaux de support du culte, aidant spirituellement le fidèle, en le dirigeant au recueillement et à la vie en Christ. La superbe église du Centre, son impressionnante iconographie originale et les hymnes religieuses, chantées dans le respect de la musique byzantine, tout cela rend les actes liturgiques accessibles et familiers à l’homme de bonne volonté. Même l’homme aux idées préconçues peut aborder et découvrir le message et le sens du culte spirituel orthodoxe. En formulant les lignes directrices destinées au Centre, le Patriarcat a particulièrement insisté sur la grande valeur de l’art sacré. Il a indiqué que, parallèlement à la pratique exemplaire du culte, le Centre devait mettre tout en œuvre pour présenter l’art orthodoxe : organiser des expositions d’iconographie orthodoxe, d’art sacrée en général ; réunir des enregistrements sur disques et bandes magnétiques de cours de musique byzantine. Cela, pour aider le peuple orthodoxe, ainsi que des chrétiens d’autres traditions, à aborder le trésor artistique de la liturgie orthodoxe.



* SCOUTERIS Constantin, La mission et les buts de Centre Patriarcal. Tels qu'ils sont définis dans les deux Lettres patriarcales scellées de 1966 et de 1975, dans EPIMELIA S.A. (éd.), «Centre Orthodoxe du Patriarcat Œcuménique - Chambésy Genève. 35 ans au service de l'Église et de la Théologie Œcuménique», Epimelia S.A., Athènes 2003, p. 112-116.