ANCIENS DIRECTEURS DU CENTRE ORTHODOXE

Evêque Makarios Pavlidis (1.1.2002 - 19.1.2003)

Grand Protopresbytre Georges Tsetsis (14.9.2001 - 31.12.2001)

Métropolite Damaskinos Papandréou (6.12.1969 - 13.12.2001)

Archimandrite Zacharie Xintaras (MARS 1966 - 5.12.1969)    



EVÊQUE MAKARIOS PAVLIDIS (1.1.2002 - 19.1.2003)

Son Excellence l’Évêque Makarios (Pavlidis) de Lampsaque est né le 24 septembre 1937 à Gianitsa, une commune de la Grèce du nord, où il fait aussi ses études élémentaires (1947-1953). De 1953 à 1959, il étudie au Séminaire du mont Athos et, le 4 décembre 1955, il reçoit la tonsure au monastère athonite Koutloumoussiou. Il poursuit ses études à l’École théologique de Halki(1959-1963) et, le 6 février 1961, il est ordonné diacre en la chapelle de l’École par le Métropolite Jacques de Philadelphie. À la fin de ses études, il revient au mont Athos.
    Le Métropolite Athénagoras de Thyateira et de Grande Bretagne le nomme ensuite prêtre à Kingston Surrey où il organise la paroisse nouvellement créée Saint-Georges et l’école grecque. En janvier 1969, il accompagne le Métropolite de Philadelphie, nommé exarque patriarcal en Australie, où il demeure jusqu’en novembre de la même année.
    Le 3 décembre 1971, le Métropolite Jacques lui confie la fonction de vicaire général du Diocèse métropolitain d’Allemagne, alors que le Patriarche Athénagoras et le Saint-Synode le nomment commissaire patriarcal dans ce même diocèse. Il collabore avec le Métropolite Jacques d’Allemagne à la réorganisation du Diocèse et des paroisses pour répondre aux besoins pastoraux des travailleurs émigrés. À l’université de Bonn, il poursuit des études théologiques en patrologie et en histoire de l’Église. En 1980, il est nommé enseignant dans les écoles grecques d’Allemagne.
    Le 3 novembre 1985, il est ordonné évêque à Zurich par le Métropolite Damaskinos de Suisse. Depuis, il sert en qualité d’auxiliaire du Métropolite de Suisse, de chef du personnel au Centre orthodoxe et d’aumônier à l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe.
    En 2001, le Patriarche œcuménique Bartholomaios lui a confié la direction provisoire du Diocèse de Suisse et du Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy.
    Il s’est beaucoup investi dans l’œuvre pastorale et spirituelle du Diocèse de Suisse, ainsi que dans les activités interorthodoxes et interecclésiales du Centre orthodoxe.
    Il a représenté Sa Sainteté le Patriarche œcuménique dans plusieurs manifestations œcuméniques et participé à des nombreux congrès théologiques.


GRAND PROTOPRESBYTRE GEORGES TSETSIS (14.9.2001 - 31.12.2001)


    Sa Sainteté le Patriarche Bartholomaios 1er et le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique ont nommé le grand protopresbytre Georges Tsetsis directeur par intérim  du Centre orthodoxe à Genève et recteur de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe, en raison de problèmes de santé de Son Éminence le métropolite Damaskinos.
    Le père Georges Tsetsis est né à Istanbul en 1934. Il fait ses études secondaires à l’école Marasleio et à la Grande École de la Nation. Inscrit à l’École théologique de Halki, il obtient sa maîtrise en 1960, en présentant un mémoire intitulé : « L’intégration (ordre, classement) des saints au calendrier liturgique de l’Église ». Parallèlement à ses études à Halki, il suit des cours à l’Institut œcuménique de Bossey, près de Genève (1958-59). En 1988, il obtient son doctorat à la faculté de théologie de Thessalonique en présentant une thèse intitulée : « La contribution du Patriarcat œcuménique à la création du Conseil œcuménique des Églises ».
    En 1961, il entre dans les rangs du clergé marié du Patriarcat œcuménique et est nommé archidiacre au diocèse métropolitain des îles du Prince. En 1964, il est ordonné prêtre. Avec l’accord du Patriarcat œcuménique, il est engagé à la Commission d’Aide interecclésiale du Conseil œcuménique des Églises (COE) à Genève, où il occupe divers postes de responsabilité pour diffuser les programmes de cette commission au niveau mondial.
    En 1971, le patriarche Athénagoras lui décerne la dignité de grand protopresbytre de la sainte Grande Église du Christ. En 1985, le Saint-Synode le nomme représentant permanent du Patriarcat œcuménique au COE. Il siège aussi au Conseil d’administration du Centre orthodoxe en qualité de membre et de secrétaire (1970-1982, 1991-2001). À ces titres, il contribue à promouvoir les vues du Patriarcat œcuménique dans une perspective interorthodoxe et interchrétienne.
Il participe aux Assemblées générales du COE (Uppsala 1968, Nairobi 1975, Vancouver 1983, Canberra 1991, Harare 1998), ainsi qu’à celles de la Conférence des Églises Européennes (KEK) et du Conseil des Églises du Moyen-Orient. À Canberra et à Harare, il est élu membre du Comité central et du Comité exécutif du COE, fonction qu’il garde jusqu’à aujourd’hui.
    Présent à l’avant-scène interchrétienne depuis trente-cinq ans, il développe un large éventail d’activités. Il visite presque toutes les Églises orthodoxes et chrétiennes tant pour stimuler les relations interorthodoxes et interchrétiennes que pour soutenir l’œuvre des Églises orthodoxes et autres Églises en proie à des difficultés. Il prend une part active à de nombreux congrès œcuméniques et théologiques.
    En reconnaissance de sa contribution dans ces domaines, plusieurs Églises orthodoxes (Antioche, Jérusalem, Russie, Bulgarie, Pologne, etc.) le gratifient de distinctions honorifiques. Sa présence théologique s’exprime dans un grand nombre d’ouvrages, études et articles à contenu théologique, liturgique, œcuménique et social, parus en grec et dans les principales langues européennes.
(De droite à gauche) S.S.le Patriarche Dimitrios,
le Métropolite Damaskinos et le Protopresbytre Georges Tsetsis

MÉTROPOLITE DAMASKINOS PAPANDRÉOU (6.12.1969 - 13.12.2001)


    Damaskinos Papandréou, métropolite de Suisse et exarque d’Europe (actuellement métropolite d'Andrinople), est né à Kato Chryssovitsa (Grèce) en 1936. Il fait ses études secondaires en Grèce et étudie ensuite la théologie à l’Ecole de Halki du Patriarcat œcuménique d’où il reçoit sa licence en 1959. La même année il est ordonné diacre. Il poursuit des études de spécialisation en histoire de l’Église et en philosophie de la religion aux universités de Bonn et de Marburg (1959-1965). En 1961, il est ordonné prêtre et reçoit la fonction d’archimandrite. En 1966, il obtient son doctorat à la faculté de théologie d’Athènes avec une thèse intitulée : « Création et organisation de l’Église arménienne jusqu’au IVe concile œcuménique ». Cette thèse est traduite en arménien dans deux éditions différentes. En 1965, le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique lui confie la charge d’higoumène du Centre monastique orthodoxe de Taizé (France), qu’il venait de créer. En 1969, il est nommé directeur du Centre Orthodoxe du Patriarcat Œcuménique à Chambésy, Genève, et chargé du Secrétariat pour la préparation du saint et grand Concile de l’Église orthodoxe qui siège aussi au Centre orthodoxe. La même année le patriarche feu Athénagoras le gratifie du titre de grand archimandrite du Patriarcat œcuménique. En 1970, il est élu par le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique Métropolite de Tranoupolis. En 1982, il est placé à la tête du Diocèse métropolitain de Suisse nouvellement créé. Il a représenté le Patriarcat œcuménique dans de nombreuses missions et de congrès. Il est coprésident des Commissions mixtes de dialogue théologique de l’Église orthodoxe avec, d’une part, l’Église vieille-catholique, d’autre part, les anciennes Églises orientales. Il fut membre du Présidium de la Conférence des Églises Européennes (1986-1992).
    Il est président, du côté chrétien, des consultations académiques bilatérales avec le judaïsme (depuis 1977) et l’islam (depuis 1986) ; fondateur et recteur de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe auprès du Centre orthodoxe (depuis 1997) ; président de la Fondation de recherches et de dialogues interreligieux et interculturels (3 mai 1999) ; président de l’Académie internationale des sciences religieuses (Bruxelles) ; membre du Comité consultatif interreligieux international de l’unesco ; membre de la Société internationale de la civilisation européenne ; vice-président de la Fondation Latsis internationale ; membre honoraire de la Fondation Pro Oriente pour l’unité des chrétiens (Vienne).
    Il est aussi membre correspondant de l’Académie d’Athènes (1991) et professeur à la faculté catholique romaine de Lucerne (depuis 1974). Il possède le titre de docteur en théologie honoris causa des facultés orthodoxes suivantes : Bucarest (1981), Belgrade (1982), Thessalonique (1985), Presov (1987), Athènes (1990), Moscou (1992), Sofia (1999), Iasi (1999) ; des facultés catholiques romaines de Bonn (1986) et de Saint-Thomas de Manille (Philippines), la plus ancienne université pontificale du monde (1998) ; de la faculté catholique chrétienne de Berne (1987). Il possède aussi le titre de docteur honoris causa de l’université nationale de Minsk-Biélorussie (1998), de la faculté de philosophie de l’université de Ioannina (1998) et de l’université de Genève (1999).
    Plusieurs Patriarcats et Églises autocéphales lui ont décerné de hautes distinctions en raison de sa multiple contribution à la promotion des relations interorthodoxes et interecclésiales de l’Église orthodoxe. Le 5 décembre 1992, il est le premier à recevoir le prix Abt Emmanuel Heufelder du monastère bénédictin de Niederaltaich, en récompense de sa contribution œcuménique et en encouragement de son service à l’unité des Églises.
    Parmi les plus de deux cent cinquante titres de ses ouvrages, études, articles, conférences et éditions, publiés en plusieurs langues européennes, citons : Le volume « Orthodoxie und Oekumene. Gesammelte Aufsätze von Damaskinos Papandreou » (Stuttgart 1986, 226 p.) qui comprend vingt de ses études publiées par le professeur Wilhelm Schneemelcher, président de l’Académie des Sciences de Rhénanie-Westphalie ; « Les Dialogues théologiques. Une perspective orthodoxe » (Thessalonique 1986, 355 p. en grec) ; le volume « Orthodoxie et Monde » (Katerini 1993, 435 p. en grec), traduit aussi en russe ; l’ouvrage collectif « Euharisteria » (Athènes 1996, 360 p.) publié par les soins de Maria Brun et de Wilhelm Schneemelcher à l’occasion du 60ème anniversaire du Métropolite ; et le tout récent ouvrage « Parole de dialogue » (1997).
    Il est, en outre, l’éditeur du bulletin mensuel du Centre orthodoxe « Episkepsis », des collections « Synodica », et « Études théologiques de Chambésy » ; coéditeur, depuis 1971, de la revue trimestrielle « Una Sancta » et directeur de la collection théologique « Perspective orthodoxe » de la maison d’édition Labor et Fides de Genève.
    Il figure aussi parmi les trente-trois théologiens suisses dans le volume « Portraits théologiques. Théologiens et théologiennes suisses du XIXe et du XXe siècle », publié par la maison d’édition de l’université de Fribourg Paulusverlag à l’occasion du 150ème anniversaire de la Confédération suisse (1998, en allemand).